Vitamine D2

Sommaire

La vitamine D a pour particularité d’être le composé de deux autres vitamines, dites D2 et D3.

La vitamine D est naturellement synthétisée par notre corps grâce à la peau, lorsque celle-ci est exposée aux rayons du soleil. L'une de ses composantes, la vitamine D2, est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Le point dans cet article.

Quel rôle joue la vitamine D2 au sein de notre corps ?

En tant que composé de la vitamine D, la vitamine D2 remplit exactement les mêmes fonctions que cette dernière. On lui connaît ainsi des effets sur :

  • le maintien des os et des dents en bonne santé ;
  • la bonne fixation du calcium sur les os ;
  • la croissance, notamment chez les jeunes enfants ;
  • la stimulation et le bon fonctionnement du système immunitaire ;
  • la prévention des fractures et de l’apparition de certains cancers (selon une méta-analyse une supplémentation en vitamine D pendant trois ans minimum permettrait de réduire les risques de mourir de cancer de 16 %) ;
  • la régulation de maladies comme le diabète ou l’hypertension.

Afin d’être totalement efficace, la vitamine D2 doit être associée à la vitamine D3.

Bon à savoir : une supplémentation en vitamine D améliorerait aussi les douleurs dorsales et lombaires chez les adultes carencés et en surpoids ou obèses (source : Sharmayne and al., « Vitamin D supplementation may improve back pain disability in vitamin D deficient and overweight or obese adults » The Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology, January 2019).

Quelle quantité de vitamine D2 doit-on consommer ?

Au cours de l’hiver, les besoins en vitamine D2 augmentent en raison de la baisse de luminosité. Pendant cette saison, il est donc recommandé de consommer de la vitamine D2 à raison de :

  • 15 microgrammes par jour chez les enfants, les adolescents et les adultes ;
  • 20 microgrammes par jour chez les personnes âgées de plus de 70 ans ;
  • 10 microgrammes par jour chez les bébés au cours de la première année.

Bon à savoir : à titre d’exemple, une cuillère à café de 10 millilitres d’huile de foie de morue contient 250 microgrammes de vitamine D.

Plus généralement, chez les enfants, la Société française de pédiatrie conseille un apport de 400 à 800 UI par jour de vitamine D2 (ou D3) pour les 0-2 ans et pour les 2-18 ans sans facteur de risque, et de 800 à 1 600 UI pour les 2-18 ans avec un ou plusieurs facteurs de risque (malabsorption, insuffisance rénale chronique, cholestase, mucoviscidose, etc.)

Comment prévenir les carences en vitamine D2 ?

Les carences en vitamine D2 sont extrêmement répandues dans les sociétés occidentales (elles concernent environ 45 % des Français). Elles peuvent être décelées par le biais d’une analyse sanguine et se manifestent par :

  • des douleurs musculaires ;
  • un état de fatigue prolongé ;
  • une malformation des os, ou du rachitisme chez les jeunes enfants ;
  • une mauvaise fixation du calcium sur les os ;
  • une baisse de la vue.

Par ailleurs, une carence en vitamine D2 augmente les risques de mortalité prématurée. Il est conseillé d’effectuer une cure de vitamine D2 chaque hiver, ou d’adopter une alimentation riche en vitamine D2.

On trouve notamment cette vitamine dans :

À noter : en complément à cette alimentation, il est conseillé de s’exposer entre 10 à 20 minutes au soleil lorsque le temps le permet.

Une cure de vitamine D2 sous forme synthétisée peut être prescrite par un médecin en cas de carence avérée ou chez les sujets les plus fragiles (les personnes souffrant d'ostéoporose notamment). La cure dure d'octobre à mars. La vitamine D2 peut être absorbée sous la forme :

  • d’une seule ampoule de vitamine D2 à prendre en une seule fois ;
  • de gouttes de vitamines D2 liquides à diluer chaque jour dans un verre d’eau (il est fortement conseillé d’éviter les jus de fruits comme support de dilution) ;
  • de capsules contenant de la vitamine D2 synthétisée.

Selon la forme de la cure choisie, le prix varie entre 10 et 25 € pour un à trois mois de traitement.

Bon à savoir : chez les sujets ostéoporotiques, plusieurs études récentes suggèrent qu’une prescription bimestrielle ou trimestrielle de 100 000 UI serait trop espacée ; il semble que la supplémentation doive être renouvelée toutes les 3 à 4 semaines (pendant plusieurs mois), la prise de faibles doses quotidiennes (sous forme de gouttes notamment) étant même jugée préférable mais plus difficile à observer dans le temps.

Pour approfondir la question :

Ces pros peuvent vous aider