8 poisons dans notre nourriture quotidienne

Malgré toutes les recommandations et les nombreuses études réalisées, beaucoup d'aliments de notre quotidien contiennent des substances relativement nocives pour l'organisme. Faites le point pour mieux faire votre choix et surveiller les étiquettes.

IGF-1 dans les produits laitiers

IGF-1 dans les produits laitiers
© Thinkstock

L'Insulin-like Growth Factor 1 (ou IGF-1) est naturellement présent dans le lait cru. Cette hormone est produite par l'organisme et est un facteur de prolifération cellulaire.

Or les tumeurs cancéreuses proviennent d'un développement anarchique des cellules. C'est pourquoi on peut s'interroger sur le lien entre l'IGF-1 contenu dans les produits laitiers et le développement des cancers.Toutefois, il apparaît au regard de nombreuses études que ce lien est très complexe et que rien n'a encore été confirmé.

E321 dans les bonbons et chewing-gums

E321 dans les bonbons et chewing-gums
© Thinkstock

De nombreux chewing-gums consommés en France contiennent 2 conservateurs nommés BHT ou E321 potentiellement cancérigènes. De la même manière, des colorants chimiques dans certains bonbons pourraient déclencher des réactions allergiques importantes comme de l'urticaire. 

  • Lisez bien l'étiquette de vos chewing-gums avant de les acheter et évitez ceux où le BHT ou l'E321 sont indiqués.
  • Évitez les bonbons aux colorants prononcés comme les ours en gélatine par exemple ! 

Diflubenzuron dans le poisson

Diflubenzuron dans le poisson
© Thinkstock

Des pesticides comme le diflubenzuron sont fréquemment utilisés pour lutter contre le pou de mer, notamment sur les poissons d'élevage comme le saumon par exemple. Ainsi, ces produits contaminent l'eau dans lequel les poissons évoluent et peuvent s'attaquer à leur système endocrinien.

La consommation excessive de saumon peut ainsi être dangereuse, surtout chez les femmes enceintes et les enfants.

Arsenic dans les féculents

Arsenic dans les féculents
© Thinkstock

Le riz contiendrait naturellement de l'arsenic. Ceci serait dû aux sols et aux eaux des pays où il est cultivé. Sa consommation excessive peut donc représenter un danger avec une potentielle augmentation des risques de cancer de la peau, des poumons et de la vessie.

Faites également attention aux pommes de terre à la couleur verdâtre et avec des germes. Ces tubercules pourraient en effet contenir de la solanine, une molécule pouvant causer de graves troubles digestifs.

Pesticides dans les fruits et légumes

Pesticides dans les fruits et légumes
© Thinkstock

Les fruits et légumes, notamment ceux qui ne sont pas de saison, peuvent contenir de nombreux pesticides, dont des perturbateurs endocriniens qui auraient pour effet de dérégler notre métabolisme et notre fertilité. Évidemment, les grandes industries rivalisent de produits chimiques pour nous permettre de manger des fraises toute l’année, mais à quel prix ?

Bon à savoir : 72 % des fruits et 43 % des légumes non bio sont contaminés par des pesticides, selon Générations futures, qui a publié un nouveau rapport le 6 juin 2019.

Évitez de manger des fruits et légumes quand ils ne sont pas de saison. Et choisissez-les plutôt chez un petit producteur.

À noter : il est fortement recommandé de manger uniquement des fruits et légumes de saison et de les laver très précautionneusement avant de les consommer.

Bon à savoir : une définition des perturbateurs endocriniens dans le cadre des produits phytopharmaceutiques (pesticides, fertilisants) a été adoptée le 4 juillet 2017 par les États membres de l'Union européenne. Les critères retenus sont : l'apparition d'effets indésirables, la perturbation du système endocrinien, et un lien de corrélation entre les deux. Alors que beaucoup considèrent cette définition trop laxiste, car elle n'englobe que les perturbateurs endocriniens avérés et présumés et non les perturbateurs endocriniens seulement suspectés, elle permettra cependant de retirer du marché certaines substances actives néfastes pour les hommes et les animaux. De plus, ces critères serviront ultérieurement de base à la régulation des cosmétiques, biocides, emballages, et autres produits industriels.

Sucre dans les desserts et sodas

Sucre dans les desserts et sodas
© Thinkstock

Certains desserts industriels peuvent contenir du sirop de maïs, un composant suspecté d'être dangereux car provoquant des maladies cardiovasculaires. On ne le retrouve pas seulement dans les desserts mais aussi dans le sirop d'érable, le vin doux, les fruits secs et certains sodas.

L'aspartame présent souvent dans les sodas light peut provoquer quant à lui des accouchements prématurés, du diabète et des cancers de la peau.

  • Lisez bien les étiquettes de vos desserts achetés en grande surface, crèmes desserts compris.
  • Limitez votre consommation de sodas light.

Huile de palme dans la pâte à tartiner

Huile de palme dans la pâte à tartiner
© Thinkstock

Méfiez-vous des délicieuses pâtes à tartiner, souvent appréciées des enfants... Elles sont nombreuses à contenir une grande quantité d'huile de palme nocive pour la santé ; elles peuvent en effet provoquer des troubles cardiovasculaires.

Toutefois, les pâtes à tartiner ne seraient pas les seules concernées, certains beurres, chips, chocolats et soupes en sachet en contiendraient aussi.

Sulfites dans le vin

Sulfites dans le vin
© Thinkstock

Certains vins, surtout les vins blancs fruités, contiennent des sulfites, utilisés comme conservateurs. On en retrouve également dans les fruits secs et certaines variétés de pommes de terre. Or, ces sulfites pourraient causer dans la demi-heure suivant l'ingestion de grandes réactions allergiques :

  • éternuements ;
  • démangeaisons ;
  • boutons, etc.

À noter : lorsque vous consommez ces produits, surveillez les effets parfois indésirables et consultez rapidement votre médecin en cas de réactions allergiques.

Pages Jaunes vous en dit plus

Vous souhaitez en savoir plus sur l'impact des aliments et leur cuisson sur notre santé ? N'hésitez pas à consulter nos pages, elles peuvent vous éclairer :

Si certains aliments sont dangereux pour notre santé, d'autres au contraire ont des vertus parfois insoupçonnés. Voilà donc quelques recommandations pour une alimentation anti-cancer.

Ces pros peuvent vous aider