7 raisons de manger du poisson

Si vous troquiez votre steak-frites contre un petit filet de poisson de temps en temps ? Pour vous convaincre, voici 7 raisons pour lesquelles vous devriez manger davantage de poisson.

À noter : bien conscients des problèmes qu'engendrent les élevages intensifs (de viande comme de poisson), nous nous concentrerons sur les bienfaits de cet aliment pour notre organisme en rappelant que la meilleure consommation, de quelque produit que ce soit, est celle qui reste mesurée et raisonnable.

Pour avoir un cœur plus résistant

Pour avoir un cœur plus résistant
© Thinkstock

On recommande à tous la consommation de poisson et fruits de mer maximum 2 fois par semaine.

Les poissons gras renferment de grandes quantités d'Oméga-3. Ces acides gras sont dits « essentiels » car ils ne sont pas fabriqués par le corps mais sont indispensables à son bon fonctionnement.

  • La grande quantité d'Oméga-3 qu'ils contiennent renforce le cœur et limite les risques de maladies cardiovasculaires.
  • Ils diminuent en effet les facteurs de risque suivants :
    • pression sanguine ;
    • taux de cholestérol ;
    • triglycérides sanguins, etc.

D’ailleurs, les compléments alimentaires d’huile de poisson sont recommandés s’ils sont additionnés à une statine en cas d’hypertriglycéridémie qui persiste sous traitement par statine.

Bon à savoir : même si le mercure contenu dans les poissons sauvages ne convient pas aux jeunes enfants (pour les 3-10 ans, la part de poissons riches en oméga 3 peut être remplacée par du rouget, de l'anchois ou du pilchard), il ne présente pas de danger chez l'adulte qui en consomme avec modération.

Pour avoir une tête bien faite

Pour avoir une tête bien faite
© Thinkstock

Une étude publiée en 2009 démontre une chose surprenante : une consommation fréquente de poisson chez des adolescents suédois provoque clairement une augmentation de leur QI !

  • Longtemps on a cru que ce résultat s'expliquait par le taux de phosphore contenu dans le poisson. Les membranes du cerveau sont certes constituées essentiellement de phosphore, mais l'action réelle de ce sel minéral sur notre matière grise reste encore à prouver.
  • En revanche, l'organisme est souvent carencé en acides gras Oméga-3, dont les fonctions sont nombreuses et bénéfiques. On leur prête notamment un rôle important dans la prévention de l'affaiblissement cognitif.

Bon à savoir : le phosphore est présent dans le corps sous forme de phosphate de potassium, sodium ou calcium. Il est en forte concentration dans les os de notre squelette.

Lire l'article

Pour rester en forme

Pour rester en forme
© Thinkstock

Le poisson permet de combattre les petits maux du quotidien :

  • Il possède des vertus anti-inflammatoires.
  • Des études récentes démontrent également la capacité de l'huile de poisson à repousser les maladies. En effet, l'huile de poisson, consommée régulièrement, renforce nos lymphocytes B qui servent de rempart contre les agressions de virus et bactéries.
  • Il apporte vitalité et tonus grâce aux vitamines B, D et au phosphore qu'il contient.

Pour garder des os solides

Pour garder des os solides
© Thinkstock

En vieillissant, le volume de nos os diminue et des maladies telles que l'ostéoporose apparaissent.

Pour lutter contre ces désagréments liés à l'âge, le corps a besoin de deux minéraux complémentaires et essentiels : le calcium et le phosphore (ou plus précisément le phosphate) qui constitue la majeure partie de l'os.

Le poisson est très riche en phosphore. Il aide donc à garder des os solides. On en trouve en grande concentration dans les poissons suivants :

  • saumon rouge ;
  • seiche ;
  • saumon rose ;
  • carpe ;
  • morue salée.
Lire l'article

Pour faire baisser son diabète

Pour faire baisser son diabète
© Thinkstock

Le poisson est présent au menu des diabétiques. Il présente un apport de première importance pour combler leurs besoins alimentaires tout en maîtrisant la quantité de sucre présent dans les aliments.

Bon à savoir : on met toutefois en garde les diabétiques contre la consommation de poissons riches en mercure, qui augmentent au contraire le risque de développer un diabète de type 2.

Des études récentes démontrent que les Oméga-3 d'origine marine présentent des atouts majeurs contre le diabète.

  • Chez les diabétiques : les Oméga-3 d'origine marine rendrait les cellules plus sensibles à l'insuline (ce qui fait baisser le taux de sucre).
  • Chez les personnes à risque : elles sont invités à consommer du poisson trois fois par semaine. Les Oméga-3 d'origine marine réduisent les risques de diabète et d'intolérance au glucose.
Lire l'article

Pour retarder les rides

Pour retarder les rides
© Thinkstock

Le vieillissement de la peau, et les rides qui en sont le symptôme, est dû à un déséquilibre entre la production de radicaux libres et l'apport d'antioxydants : les premiers, en trop grande quantité, accélèrent le vieillissement cellulaire. Les seconds, en trop faible quantité, ne peuvent contrer leur action.

À condition de le choisir sauvage et bio, de préférence, le poisson apporte des Oméga-3 qui vont détruire le surplus de radicaux libre et offre de nombreuses vitamines et minéraux antioxydants :

  • Vitamines antioxydantes :
    • Vitamine A : foie de morue, anguille, thon rouge.
    • Vitamine E : œufs de poisson et crustacés.
  • Minéraux antioxydants :
    • Sélénium : fruits de mer (moule et huître), tous les poissons.
    • Zinc : fruits de mer (huître), langouste, seiche, poulpe, homard.
Lire l'article

Bon à savoir : les acides gras du poisson auraient, de plus, un effet anti-dépresseur et diminuerait le risque de maladies cardiovasculaires.

Pour favoriser l'allaitement

Pour favoriser l'allaitement
© Thinkstock

Le poisson contient des substances favorables au bon développement de l'enfant :

  • On conseille sa consommation aux jeunes mères pour l'allaitement.
  • Il est également recommandé pendant la grossesse, car diminuerait les risques de naissance prématurée.

Attention : le poisson sauvage (thon, saumon) peut contenir du mercure, nocif pour un enfant. Il est donc à proscrire. De même, éviter le poisson cru, parfois porteur d'un parasite alimentaire (l'anisakis).

Lire l'article

Pages Jaunes vous en dit plus

Mis à part le mercure contenu dans le poisson sauvage, nocif pour les jeunes enfants, la mer n'apporte que du bon dans votre assiette ! Pour rester en pleine santé, mettez-vous à la pêche !

Quelques contenus pratiques :

Ces pros peuvent vous aider