7 confidences sur vos céréales du petit-déjeuner

Pour prendre des forces le matin, ou pour garder la ligne, vous misez sur les céréales. Selon vous, c'est le choix le plus sain.

Mais saviez-vous que, malgré leur réputation d'aliments santé, les céréales du petit déjeuner ne sont pas toutes aussi bénéfiques ? Trop grasses, trop sucrées, trop salées… Faisons le point.

À noter : nous sommes nombreux à ne pas manger le matin... La sensation de faim absente est due au fait que notre corps est encore endormi, pourtant, ce repas est aussi important qu'un autre !

Leur index glycémique est souvent (trop) élevé

Leur index glycémique est souvent (trop) élevé
© Thinkstock

Les céréales (et même les céréales minceur ou bien-être, censées être bonnes pour la ligne) ont souvent un index glycémique (IG) très élevé. En cause, les nombreuses transformations des grains de céréales, qui détruisent la structure de l'amidon et donc augmentent leur IG.

À retenir !

  • Les corn-flakes (pétales de maïs) ont un index glycémique particulièrement élevé (100), sûrement en raison de leur pauvreté en fibres. Tout comme les pétales de riz et de blé (90), malgré une image forme et bien-être. 
  • À l'inverse, certains mueslis, même s'ils sont en moyenne plus sucrés, ont un bon index glycémique, en raison de leur richesse en fibres. 

Bon à savoir : plus l'index glycémique d'un aliment est élevé, plus il fait monter rapidement le taux de sucre dans le sang. Ce sucre est alors stocké sous forme de graisse. Résultat : vous grossissez. De plus, les aliments à fort IG diminuent la sensation de satiété, ce qui incite à grignoter.

Elles contiennent trop de sucres ajoutés

Elles contiennent trop de sucres ajoutés
© Thinkstock

Les céréales contiennent quasiment toutes du sucre ajouté en très grande quantité.

Les céréales les plus sucrées sont les mueslis, avec plus de 7 g par portion de 30 g. Ce taux augmente encore si vous optez pour certains mueslis au chocolat (9 g) ou enrichis en fruits (10 g). Les céréales destinées aux enfants, notamment celles qui sont enrobées ou fourrées, atteignent les mêmes scores. 

Si vous cherchez des céréales moins sucrées, optez pour les pétales de riz ou de blé, ainsi que pour les corn-flakes.

Consulter la fiche pratique

Certaines céréales sont trop salées

Certaines céréales sont trop salées
© Thinkstock

Si, depuis quelques années, les fabricants de céréales pour le petit déjeuner se sont engagées à réduire la teneur en sel de leurs produits, certaines céréales continuent à être trop salées. C'est notamment le cas de certains corn-flakes, avec près de 0,5 g de sel par portion de 30 g.

Bon à savoir : aujourd'hui, les recommandations nutritionnelles fixent à 6 g par jour pour un adulte la quantité de sel à ne pas dépasser. Il faut noter que 80 % de nos apports en sel proviennent des produits manufacturés, et pas du sel de la salière que l'on met sur la table.

Lire l'article

Certaines céréales du petit-déjeuner sont beaucoup trop grasses

Certaines céréales du petit-déjeuner sont beaucoup trop grasses
© Thinkstock

À l'état naturel, les céréales ne contiennent que 3 à 4 % de lipides. Or certains produits, notamment les céréales fourrées pour les enfants ou encore les mueslis croustillants, affichent une teneur en matières grasses de plus de 15 %. De plus, il s'agit souvent de mauvaises graisses, riches en acides gras.

Le bon choix : les mueslis riches en fruits oléagineux (amandes, noix, noisettes, graines…) qui ne dépassent pas 7 % de lipides.

L'ajout de fer et de vitamines est inutile

L'ajout de fer et de vitamines est inutile
© Thinkstock

Très souvent, les céréales du petit déjeuner sont fabriquées à partir de céréales raffinées, auxquelles on a enlevé l'enveloppe externe du grain, et donc toutes les vitamines et les minéraux. 

Pour compenser ces pertes, les industriels ajoutent des suppléments de vitamines de synthèse et de fer, pour appuyer leur message d'aliment santé. Or « cette supplémentation est totalement inutile ! » affirment les nutritionnistes, car une alimentation variée et équilibrée suffit à couvrir nos besoins quotidiens. 

Certaines contiennent des pesticides

Certaines contiennent des pesticides
© Thinkstock

Une étude menée par l’association Générations futures a montré que, sur un échantillon représentatif de céréales non bios, on retrouvait en moyenne 9,4 résidus de pesticides (5,4 d’entre eux étant des perturbateurs endocriniens supposés) et en insecticides de conservation supérieure aux limites maximales.

De même, l’étude menée sur les données de 2010 par la Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) indique que dans deux tiers des échantillons de blé non bio testés (63,3 %) on retrouve des résidus de pesticides. Dans le blé transformé non bio notamment, on retrouve des résidus de pesticides dans plus de 80 % des cas, avec un dépassement des limites maximales de certains pesticides.

Consommés tous les jours, ces résidus peuvent être toxiques.

Les fruits présents dans les mueslis non bios sont également soumis à de très nombreux traitements, la pomme arrivant en tête avec 35 traitements phytosanitaires (fongicides-bactéricides, insecticides, herbicides et régulateurs de croissance) suivie de la pêche (19), le raisin (13), l’abricot (12), la prune (11) et la cerise (8,5).

Bon à savoir : une définition des perturbateurs endocriniens dans le cadre des produits phytopharmaceutiques (pesticides, fertilisants) a été adoptée le 4 juillet 2017 par les États membres de l'Union européenne. Les critères retenus sont : l'apparition d'effets indésirables, la perturbation du système endocrinien, et un lien de corrélation entre les deux. Alors que beaucoup considèrent cette définition trop laxiste, car elle n'englobe que les perturbateurs endocriniens avérés et présumés et non les perturbateurs endocriniens seulement suspectés, elle permettra cependant de retirer du marché certaines substances actives néfastes pour les hommes et les animaux. De plus, ces critères serviront ultérieurement de base à la régulation des cosmétiques, biocides, emballages, et autres produits industriels.

Important : les résidus de pesticides se concentrent sur l'enveloppe de la graine. Si vous voulez consommer des céréales complètes, privilégiez toujours celles issues de l'agriculture biologique.

Les céréales les meilleures sont les plus simples !

Les céréales les meilleures sont les plus simples !
© Thinkstock

Pas facile de s'y retrouver dans cette jungle des céréales du petit déjeuner et de faire le bon choix. Pour vous aider, gardez en tête que les céréales les plus simples sont les meilleures pour la santé. Optez pour les flocons d'avoine, les pétales natures ou encore les mueslis traditionnels, sans sucre ajouté.

Bannissez les céréales fourrées, trop riches en sucres et en graisses, les céréales aux formes originales, très transformées (et donc avec un IG élevé), les céréales glacées, ultra-sucrées, ainsi que les mueslis croustillants, enrichis en matières grasses.

Pages Jaunes vous en dit plus

Le petit déjeuner est un repas à part entière qu'il ne faut pas négliger. Il permet non seulement de faire le plein d'énergie pour toute la journée, mais aussi de limiter le grignotage. PagesJaunes vous aide à adopter les bons réflexes.

Ces pros peuvent vous aider